Accueil > Le poker pratique
SnG micro buy-in online : stratégie de base. Glingo style
30 janvier 2013, par El Glingo,  

Les Sit n’ go sont très populaires sur les rooms de poker, particulièrement pour les joueurs débutants qui veulent se familiariser avec le jeu. Ils permettent une variance de bankroll moins houleuse que le cash game.
On parle de micro limites lorsque le buy-in ne dépasse pas 5 euros.

A ces limites, la stratégie standard est assez simple : jouer serré en début de partie puis de plus en plus relaché.
Les conseils de jeu que je vais exposer collent à ce standard, j’ai juste effectué quelques adaptations, spécifiquement pour le jeu online, qui sont le fruit de mon expérience de SnG 1, 2 et 5 euros sur mes rooms habituelles : Winamax, feu Full Tilt et Pokerstars, plus récemment.

(Retrouvez les termes techniques utilisés dans cet article dans notre dico du poker)

Gameplan

Là où la plupart des pros conseillent un style maniaque dans les dernière phases de jeu (relancer avec beaucoup de mains faibles), j’ai préféré rester plus modéré en élargissant certes ma palette de mains mais tout en faisant attention au moment opportun pour balancer mon tapis.

J’ai aussi utilisé ce que j’appelle humblement le Glingo Move, qui consiste à prendre un risque à un moment particulier du tournoi ; mais j’y reviendrai plus tard.

J’ai pris quelques notes au fil de mon parcours, qui résument assez bien la stratégie que j’applique pour être gagnant sur le long terme. Ce n’est pas la meilleure, loin s’en faut, j’ai cependant constaté qu’elle fonctionne sur les SnG micro, pour peu que l’on gagne un peu plus de 40% de ses coin flips et qu’on chatte une fois de temps en temps.

Concepts essentiels


- Le M
Rien à voir avec le chanteur. Le M désigne le nombre de tour de table que vous pouvez financer sans jouer.
M = Mon tapis / (Small blind + Big Blind).
Si vous avez un tapis de 1500 aux blinds 10/20, votre M est de 50 (1500/30)
En SnG on a coutume d’ignorer la small blind dans le calcul, ce qui donne M = 75 (1500/20)
Le M est un baromètre, il vous indique votre niveau de confort dans la partie. Plus il descend, plus vous êtes en danger et devez prendre des risques.

- L’ ICM
L’Independent Chip Model est une formule mathématique qui vous donne la valeur réelle de vos jetons suivant le nombre de joueurs restant en lice, l’état de votre tapis et celui des autres joueurs.
Ce que nous apprend principalement L’ICM, c’est que :
1. la valeur de vos jetons augmente à mesure que les joueurs se font éliminer ;
2. Les jetons que vous perdez ont plus de valeurs que ceux que vous gagnez.

D’où la stratégie en SnG : ne pas perdre de jetons inutilement en début de partie en jouant serré et élargir son jeu de plus en plus (jouer plus de mains et de façon agressive) pour mettre la pression sur les adversaires en fin de partie et les forcer à lâcher des blinds de plus en plus chères.

Bestiaire des types de joueurs que vous croiserez


- L’As des as : Il a un petit as et il se croit le roi du pétrole. Sa seconde carte ne l’intéresse pas. Il paie n’importe quel tapis préflop, il ne voit pas les tirages qui peuvent le battre sur le board, s’il touche sa paire d’as au flop il ne lâchera plus sa main quelques soit les cartes qui tombent. Bon client si vous avez au moins A10, faites attention, il touche souvent sa double pair au flop avec son A3.

- Le Draw runner : Ce coureur de tirages est amoureux des cartes connectées ou suitées, même avec les plus petites il entrera dans un coup. Donnez-lui la troisième carte de son tirage au flop et il ira au bout. Insensible aux cotes et à la fold equity. C’est votre meilleur client.

- Le Pair lover : Incapable de lâcher une paire quelle qu’elle soit. Méfiez-vous, il touche souvent son brelan à la river.

- Le Slow player : Il adore limper AA, QQ, JJ et faire des check-call quand il est max. Il lui arrive aussi de faire des min-bets aux flop, turn, river et suivre vos relances. Redoutable, il ne vous destackera pas mais vous prendra beaucoup de vos jetons sans que vous compreniez.

- Le Small opener : Il adore faire des min-bets et des min-raises. On le confond souvent avec le slow player, la différence c’est qu’il n’a pas de jeu, ou très peu.

- Le Donk leader : Il suit votre relance préflop et mise systématiquement au flop. Je hais ce genre de joueur, sauf quand je suis max.

Les commandements du joueurs de SnG


- En début de partie, relancez de AA, KK, QQ et AK, limpez AQ, JJ et TT, fold AJ et le reste
Tight, vous dis-je : un vrai rock. Jetez aussi vos paires en dessous de 9-9 et vos Ax.
Et je le dis bien haut : AJ est la main de merde par excellence en début de tournoi

- Jetez les as kiker de merde
Ne devenez pas un As des as tout pourris.
Limper avec Ax n’est jamais profitable si un as tombe sur le board.

Si vous êtes en mode survie et que vous faites tapis, vous serez souvent payé par un as meilleur kiker (that’s fucking poker). Faites plutôt tapis avec des connecteurs, suited ou non, face à un as vous aurez 2 cartes vivantes et des tirages possibles.

A l’inverse si vous payez un joueur qui fait tapis, c’est souvent son kiker qui sera meilleur que le votre (that’s fucking poker part 2)

- Ne pas bluffer (jamais, caca, bouh)
A ces limites de jeu, le bluff ne sert à rien, point. Sachant déjà quels types de joueurs hantent les SnG micro vous comprendrez que le bluff est inutile.

- Ne pas bluffer mais simuler des bluffs
Ca par contre cela marche très bien. Faire croire que vous bluffez alors que vous êtes max est un piège dans lequel 80% des adversaires tomberont.

- Vous touchez le jeu max au flop ? Misez. Mieux : faites tapis !!
Les joueurs ont tendance à penser qu’on les bluffe sans cesse où que l’on veut les pousser à folder. Plutôt que de slow play ou de check-raise, il est plus rentable de miser directement, et miser fort. Le pair lover et l’As des as seront tenté de vous suivre, pensant que vous êtes sur un tirage ou que vous n’avez rien.

Misez fort face à un adversaire que vous couvrez ou dont le tapis est équivalent au vôtre ; faites carrément tapis si votre adversaire vous couvre ou si vous êtes plusieurs dans le coup.
Bien sûr, tomber sur un meilleur jeu où vous faire suckout vous coûtera le tournoi, mais vous doublerez plus souvent que vous ne vous ferez sortir.

-  Ne pas nourrir les petits tapis avec any two
Si vous avez un gros tapis ou un tapis assez conséquent, vous êtes encore 6 en jeu, un small stack fait tapis : Même si vous avez la cote, il est préférable de ne pas le payer si vous n’avez pas une main prémium. Il y plus à perdre qu’à gagner.
La plupart du temps le joueur fera tapis avec une bonne main (paire, 2 figures suitées, un as), si vous le payez avec une main pourrie vous perdez de précieux jetons et vous le faites revenir dans le jeu. Un SnG dure en moyenne 45mn si vous atteignez l’ITM, et le M moyen sera de 6 ou 7 à ce moment-là. Mieux vaut économiser vos jetons et laisser le petit tapis s’appauvrir par lui-même ou se faire sortir par un autre joueur. S’il double grâce à un autre joueur, vous récupérez de la fold equity.
Comme j’ai précisé, c’est une stratégie à appliquer si vous êtes encore beaucoup de joueurs en lice. A la bulle et après, n’hésitez pas à payer avec une mauvaise main si vous avez la cote.

- Casser les cotes à coup de machette en faisant tapis
Beaucoup beaucoup de joueurs n’ont pas la notion des cotes, profitez-en.
Le flop tombe et 2 coeurs sont sur le board, vous avez une overpair ou vous touchez votre brelan : faites tapis. Vous chasserez les bons joueurs et vous ne verrez pas ce maudit coeur sortir au turn si tout le monde fold.
Le pair lover sera souvent tenté de vous suivre s’il a au moins une paire de 10 et la majorité des draw runner ne lâcheront jamais leur fantomatique tirage couleur. Quoi qu’il arrive vous êtes favori.

- Gestion du stack, sans le savoir, préflop vous êtes déjà commited.
Tout va très vite. Vous avez un tapis de 1400, blinds 30/60, placé en middle position avec AJ.
2 limpers, puis avant vous un joueur min-raise à 120.
vous décidez de payer pour la cote, les limpers et un autre joueur suivent. Vous êtes 5 à voir le flop et le pot fait déjà 690. Un valet tombe + un tirage.

Soyez sur que miser 1/2 pot vous commit au turn et ne fera folder qu’un joueur ou deux.

Faites une petite mise et vous serez relancé. Vous êtes peut-être déjà battu par un brelan. Les draw runners iront au bout.

Etait-ce vraiment judicieux d’entrer dans le coup, juste pour la cote ?

- En SnG, chaque jeton est précieux et doit-être dépensé à bon escient.
Avant d’entrer dans un coup, poser vous toujours cette question : Ai-je vraiment besoin de jouer ce coup ?

Avant d’entrer dans un coup, vous devez savoir ce que vous allez faire à chaque carte retournée sur le board et jusqu’où vous être prêt à aller.
- Evaluer à l’avance le montant de vos mises
- qu’allez vous faire si vous êtes suivi, sur-relancé
- si vous êtes prêt à payer une relance à tapis.

Vous devez essayer d’établir le schéma du coup avant qu’il ne se déroule : évaluer toutes les possibilités.

Cela paraît impossible au début, mais avec l’expérience, cela deviendra automatique, croyez-moi.

- Calibrez ses relances suivant son stack et l’avancement du tournoi
J’aime bien relancer 2,5BB en début de tournoi, puis passer à 3BB si j’ai du stack.
A la bulle si je suis small stack je tente des relances à 2BB, si je ne suis pas respecté, je fais des relances à tapis. Si j’ai du stack ou si je suis chip leader, je mise entre 3BB et 4BB suivant l’adversaire.

- A la bulle La fold equity peut compter, même si vous êtes le seul à savoir ce que c’est
Ceci est vrai surtout lorsque vous êtes entre 5 et 3 joueurs. En début de jeu, les joueurs ne sont pas génés par le risque de perde 1/3 ou 1/2 de leur tapis. Et dès que la bulle éclate la fold équity disparait presque totalement. La bulle est donc le seul moment où vous avez de la fold equity

- A partir de 5 joueurs, testez les relances avec any two
Vous venez juste de passer à 5 joueurs. Lorsque vous êtes en SB ou au bouton et que votre stack vous le permet tentez de suite un vol de blinds, quelque soit votre main, pour voir si vous pouvez marcher sur les autres. Volez ensuite systématiquement les blinds (depuis le bouton et la SB) tant que vous ne rencontrez pas de résistance.

Le vol de blinds est important dans les phases finales. Il vous permet de maintenir votre tapis à niveau en exploitant la peur des autres joueurs. Il préféreront abandonner leurs blinds en attendant de toucher un monstre. Si vous réussissez à faire au moins un vol par round, c’est parfait.

Le calibrage est important. Personnellement je commence à voler les blinds avec des relances à 2,5 BB, puis si je ne suis pas respecté, je passe à 3BB voire à 3,5 si mon tapis me le permet.

- M7, pas moins
En dessous de M=7, prenez votre pushing-table préférée et n’hésitez pas à y aller. Voici la pushing table que j’utilise

- Les gros stack vous paieront souvent avec pas grand chose, profitez-en
Si vous êtes en mode survie tôt dans la partie, poussez vos jetons avec n’importe quelle paire, KQ, KJ et A9+. Vous tomberez souvent sur un big stack qui vous paiera avec une figure petit kiker. Vous serez souvent favori.

Le Glingo Move - le coup qui fait basculer le tournoi

C’est à mon avis inévitable, si vous voulez gagner un SnG ou au moins atteindre l’ITM, il y a un coup qui fera tout basculer. Si vous gagnez ce coup vous vous garantissez à 80% une place ITM, si vous le perdez le tournoi est fini.
Si vous ne saisissez pas l’occasion de jouer cette main, vous réduisez considérablement vos chances d’être ITM.
Attendre que les autres se fassent éliminer et vous réveiller à la bulle avec un tapis ridicule et zéro fold equity n’est pas une solution. J’ai compris que la meilleure façon de jouer est plutôt de prendre un risque en millieu de tournoi pour doubler et aborder la bulle en position de force.

Je n’hésite pas à prendre le risque lorsque les conditions suivantes se présentent...
- Il reste 6 joueurs sur 9 en lice et je suis à M8 ;
- Il reste 5 joueurs sur 9 en lice et je suis le small stack ;
- On arrive au niveau 50/100 et personne n’est encore sorti ;

... je tenterai les moves suivant :
- J’ai une pocket paire à partir de 8-8, un joueur raise préflop -> je fais tapis (souvent je fais folder, souvent je suis payé par Ax, après il reste juste à prier)
- En SB et BB je pratique un stop and go -> je paie une relance du cut-off ou du bouton et je fais tapis sur any flop (technique kamikaze que je fais si je pense avoir de la fold equity sur mon adversaire)
- Si au flop j’ai un tirage, je fais tapis ou je check-raise à tapis.

Votre Stratégie en fonction du M

Une fois tous ces conseils assimilés faites le lien avec votre M. Voici comment jouer en conséquence :

M > 20 : jeu tight. Très peu de limp. Pas de vol de blinds
M = 10 : on ouvre son jeu. On commence le vol de blinds.
M = 8 : on ne limp pas, on relance, on vole et on re-steal à tapis.
M = 7 : on ne réfléchit plus et on obéît à sa pushing table.
M <= 5 : Qu’est-que vous foutez encore là ??!! Faite tapis bon sang !!!!

Boite à outils


- Sit n’ Go strategy de Collin Moshman : le livre à lire absolument pour comprendre et maitriser le SnG. Phases de jeu décortiquées, des exemples de mains, explication de l’ICM : concept central de la dynamique de jeu du SnG.

- Logiciel Sit n’ Go wizzard : SnG wizzard analyse toutes les mains que vous avez jouées pensant une session, vous dit si les choix que vous avez fait étaient les bons et vous donne des conseils de jeu. Très bon pour progresser rapidement. Un seul défaut : le prix.

-  L’indispensable pushing table.

-  Les vidéos des pros du team Winamax consacrés au SnG. En particulier celles de Nicolas Levi et Arnaud Mattern

- Certaines vidéos amateurs sont aussi très pédagogiques : en voici une, postée par Vinz05

Tentez l'expérience
Tentez l'expérience

Envie de jouer au poker en live dans un club ?
Si vous habitez dans le Val de Marne, à bonne distance de Saint-Maur-des-Fossés, venez tenter l’expérience Poker Panache Association.
Participez gratuitement à l’un de nos tournoi interne, et si vous aimez, adhérez et bénéficiez de tous les avantages du club !!!

Animation entreprises
Animation entreprises

Vous souhaitez organiser un événement original, inoubliable et impactant au sein de votre entreprise, pour vos collègues, clients ou fournisseurs ?
Poker Panache Association s’occupe de tout !
Nous fournissons le matériel et les croupiers. Nous assurons l’organisation et gérons le déroulement de la partie. Nous proposons différents formats de jeu suivant le niveau des joueurs. Dans notre salle ou dans vos locaux.

Le poker pratique
Le poker pratique

Règles, bases, termes techniques, conseils et stratégie.
Les membres de Poker Panache Association partagent avec vous leurs connaissances et leur expérience dans un recueil d’articles.

Découvrez l'association
Découvrez l'association

Créée en 2010, La Poker Panache Association est un club de poker regroupant des joueurs amateurs issus de tous les horizons et de toute l’Ile-de-France. Les fondateurs de l’association se sont connus sur le forum Wam-Poker.
Nos valeurs sont la convivialité, la pédagogie, le plaisir d’apprendre et de jouer ensemble.